Quelle est la différence entre maintenance préventive, maintenance prédictive et maintenance curative ?

Quelle est la différence entre maintenance préventive, maintenance prédictive et maintenance curative ?

Les coûts de maintenance représentent une part très importante des coûts d’exploitation. Même si ces chiffres varient selon l’organisation ou l’entreprise considérée, ils peuvent représenter jusqu’à 50 % des coûts de production totale. Le choix des différents entretiens des équipements représente ainsi un enjeu conséquent pour ces entreprises.

Il existe trois types de maintenance : la maintenance préventive, la maintenance préventive et la maintenance corrective. L’analyse et le choix des opérations adéquates reposent sur plusieurs facteurs : les événements qui sont à l’origine d’une quelconque action, les méthodes selon la maintenance choisie ou encore les activités annexes (amélioration, rénovation, reconstruction etc).

Passons en revue ces trois types de maintenance afin de vous aider à faire les choix adaptés à vos besoins.


La maintenance préventive

Selon l’adage “mieux vaut prévenir que guérir”, la maintenance préventive désigne le remplacement, la révision, ou la réfection d'un équipement dans sa globalité avant qu’un dysfonctionnement entraîne des réactions en chaîne.

Dans le cadre d’une maintenance préventive, on dénombre trois méthodes différentes :

  • La maintenance systématique : elle est programmée, à un intervalle régulier
  • La maintenance conditionnelle : une maintenance subordonnée suite à des indices de dysfonctionnement d’un élément matériel
  • La maintenance prévisionnelle : maintenance partant de la surveillance de l'état du matériel et de la conduite d'analyses périodiques pour déterminer l'évolution de la dégradation du matériel et la période d'intervention

Au travers d’une maintenance préventive, vous préservez la production:  toute panne ou dépannage d’une de vos pièces nuit à la rentabilité et la productivité de votre système dans sa globalité. Vous augmentez ainsi la durée de vie de vos infrastructures. La capacité à préserver les moyens de production et limiter les investissements en outils ou machines est lié au fait de maintenir de façon préventive et d’éviter les pannes critiques ou l’usure prématurée.

Avec du préventif, vous garantissez la qualité de votre production : la norme ISO 9001 exige la mise en place des moyens nécessaires à la conformité des produits. Dans un tel contexte, la maintenance préventive trouve tout son intérêt.

La maintenance prédictive

La maintenance prédictive est basée sur l’anticipation du franchissement d’un seuil prédéfini qui permet de juger de l'état de dégradation du bien avant sa détérioration complète.

Le but de cette maintenance est d’agir sur de potentielles défaillances à l’approche de période de dysfonctionnement. Elle permet aussi de suivre une dégradation dans le cas d’une durée de vie variable d’un équipement. Toutes ces actions permettent donc de réduire la fréquence des pannes tout en optimisant la fréquence des interventions préventives.

Pour mettre en place une maintenance prévisionnelle il est nécessaire de :

  • Lister les éléments à surveiller,
  • Connaître ou trouver la méthode de surveillance à appliquer,
  • Vérifier la possibilité d’implémenter ce dispositif,
  • Établir le ou les seuils d’alerte,
  • Décider de la méthode d’alerte,
  • Établir la fréquence de remontée d’information,
  • Introduire la procédure dans le plan de maintenance préventive.

La maintenance préventive vise à entretenir l’équipement en se basant sur l’hypothèse qu’il sera victime de défaillance dans un certain temps ; l’équipement sera remplacé ou réparé avant sa défaillance. Au contraire, la maintenance prédictive est plus intelligente : elle surveille les tendances prédisant de possibles défaillances de vos systèmes pour les empêcher de se réaliser. Ainsi, vous optimisez la sécurité de votre environnement, et vous vous assurez de mener à bien vos opérations. La maintenance prédictive donne l’avantage d’espacer dans le temps des interventions et in fine, d’abaisser le coût du préventif.

La maintenance curative

Plus simplement, la maintenance curative vise à corriger les défauts de fonctionnement de toute pièce ou équipement dès leur apparition : elle prend son sens une fois le dysfonctionnement ou la panne apparu. Elle a pour objectif de remettre un équipement défaillant our une pièce défaillante dans son état de fonctionnement initial.

La stratégie de maintenance curative ou corrective est aussi appelée run to fail en anglais. Bien que cette approche puisse être considérée comme basique, elle offre le mérite de différer le plus tard possible des coûts d’exploitation ce qui dans certains cas peuvent intéresser des décideurs (“Après moi le déluge”). Un second avantage est de ne pas ou peu nécessiter d’outil de suivi. En effet, la mise en place de maintenance préventive ou prédictive requiert de l’instrumentation que ce soit au niveau du suivi des équipements, des interventions à suivre ou de la remontée des données à récupérer.

Dans tous les cas, vous aurez besoin d’un outil de suivi pour vos tâches de maintenance ou de service vis-à-vis de client en correctif ou vis-à-vis de tâches planifiées pour du préventif.


Quelle maintenance choisir ?

Une analyse de votre organisation s’impose, pour choisir judicieusement entre les différents types de maintenances et d’optimiser la gestion des pannes de vos machines :

  • La maintenance selon vos objectifs :  réduction des coûts, disponibilité du bien, prévenir les audits, durabilité des biens, sécurité de votre environnement de travail
  • Les moyens techniques d’intervention à disposition : l’intervention automatisée, l’intervention à distance (ou télémaintenance) avec l’aide d’un support technique (téléphone, chat, etc.), l’intervention physique, l’intervention assistée d’un logiciel de gestion (GMAO)
  • La finalité désirée :

pour prévenir les pannes → maintenance préventive

pour réparer le matériel → maintenance curative

pour analyser le matériel → maintenance prédictive

La nature de vos installations joue également sur la qualité de service attendu et la tolérance à l’égard de panne. Il peut être parfois plus avantageux financièrement de tolérer l’apparition de panne et de faire du correctif si mes attentes de services sont faibles.

Dans vos prévisions, il est essentiel de considérer ces trois différents types de maintenance selon votre type de bien, ses enjeux de sécurité/service et le niveau de formation de vos équipes. La maintenance prédictive est par exemple plus complexe à installer et son utilisation quotidienne demande certains pré-requis.

Par ailleurs, votre maintenance peut être boostée par une GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur); le terme un peu obsolète regroupe les outils digitaux permettant de mieux suivre les actions de maintenance.

L’utilisation d’une GMAO offre un suivi des tâches, répertorie les pièces et les équipements et ne nécessite pas de formation poussée pour sa prise en main si l’on prend une plateforme comme Urbest. Il en existe plusieurs types, sous différentes formes; n’hésitez donc pas à vous appuyer sur de tels systèmes pour appliquer votre maintenance : il y a fort à parier que vous trouverez la recette idéale pour votre entreprise.

A présent, vous avez toutes les données et informations en main: choisissez dès maintenant la stratégie de maintenance qui vous convient et menez à bien vos projets!

Plus d'articles :
Préparer son projet de transformation
Domotique : ce qu’il faut savoir
Objectif Proviseur + Patrick Ancel